5 infos insolites à savoir sur la copropriété à Lyon

Depuis quelques années, Lyon conquiert de plus en plus le cœur des français. La capitale de la région Auvergne-Rhône-Alpes attire tant pour ses attraits culturels que pour sa nature environnante. Ville classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, elle réserve bien des attraits à ses visiteurs et ses habitants. Vous êtes copropriétaire dans la ville des lumières ou envisagez de sauter le pas ? Bellman vous livre 5 faits insolites que vous ignorez sans doute sur la copropriété à Lyon 🏠

Fait insolite n°1 : une intelligence artificielle à la rescousse du tri des déchets lyonnais

Le saviez-vous ? Selon un rapport publié par le Grand Lyon, en 2018, le Lyonnais produisait en moyenne 395 kg de déchets ménagers par an. Seuls ⅓ de ces déchets étaient recyclés. Copropriétaires lyonnais, vous disposez de poubelles grises pour vos déchets alimentaires et de poubelles jaunes ou vertes pour le papier et le carton ? Votre ville évolue ! Depuis le 1er janvier 2020, les poubelles vertes ou jaunes recueillent de nouveaux déchets : capsules de café, pots de yaourt,  barquettes, emballages de plats surgelés ainsi que les sachets et films plastiques. 

Pourquoi ça ? Un centre de tri pour le moins high tech a vu le jour en 2019. L'usine est dotée de nombreux trieurs optiques ayant pour mission d'identifier les différentes caractéristiques des matières, et de les trier ensuite. Les robots sont programmés avec des algorithmes de reconnaissance visuelle, autrement dit : d'intelligence artificielle.
Le but ? La maximisation du recyclage des déchets lyonnais, et la prise en compte de nouveaux matériaux jusqu'alors brûlés dans les centres d'incinération. 

Pour rappel, si la technologie vient au secours de la planète, en triant correctement vos déchets, vous participez vous-même à un recyclage collectif et à la préservation de la planète. Le Grand Lyon vous en dit plus pour devenir incollable grâce à ce guide du tri

Bellman, syndic de copropriété, vous rappelle qu'un règlement de copropriété fixe notamment des règles spécifiques d'utilisation du local à poubelles, dont le respect du recyclage des déchets. Par ailleurs, notre rôle demeure de rendre pratique et accessible l'espace dédié au tri sélectif.
No items found.
Prêt(e) à changer de syndic de copropriété pour trouver mieux ?
Je découvre l'offre

Fait insolite n°2 : Lyon démocratise le chauffage urbain 

Votre copropriété profite du réseau de chauffage urbain lyonnais ? Félicitations, vous êtes l'heureux détenteur de la palme du Lyonnais écolo ! Avec pour ambition de chauffer 130 000 logements (contre 45 000 aujourd'hui), le réseau de chaleur et de froid Centre Métropole ambitionne de couvrir les zones suivantes : Lyon 3e, Lyon 6ème, Lyon  7ème et Lyon 8ème, ainsi que Villeurbanne, Vaulx-en-Velin la soie, Bron et Vénissieux nord. En tant que copropriétaires, si vous ne l'êtes pas déjà, vous serez sans doute concernés par ce dispositif pour le moins écologique. 

En deux mots, le chauffage urbain du Grand Lyon, c'est quoi ? Un système de distribution de chaleur, produit de façon centralisée et véhiculant une eau surchauffée à travers la ville. Il fournit l'énergie nécessaire au chauffage et à l'eau chaude sanitaire de nombreux logements publics comme privés.

La prouesse publique ne s'arrête pas là ! En effet, 65 % de l'eau chaude est composée d'énergies renouvelables. Parce que votre ville aime vous réserver d'autres surprises, sachez qu'écologie rime avec économie ! Et comment ! À la place d'une chaufferie située directement au sein de votre immeuble, il existe d'ores et déjà une sous-station, dont l'entretien est moins cher. Enfin, le contrat fait l'objet d'une négociation d'un tarif unique sur plusieurs années. Dans le cadre de l'envolée actuelle des prix du gaz et de l'électricité, raison de plus pour se satisfaire de cette mesure. 

Bon à savoir : Selon la Métropole de Lyon, être copropriétaire au sein d'un logement chauffé par le chauffage urbain, c'est profiter de tarifs 25 à 55 % moins chers qu'un autre mode de chauffage.

Fait insolite n°3 : Lyon, une ville classée, qui l'a échappé belle ! 

Lyon est un berceau d'Histoire et possède en somme un patrimoine très riche. Entre ses traboules et sa tour Rose, la capitale du Rhône régale tant ses habitants que ses visiteurs occasionnels. Saviez-vous que le centre historique de votre belle ville est classé au patrimoine de l'UNESCO depuis 1999 ? Un peu d'histoire ! En 1962 le ministre André Malraux a mis en place un système de préservation du patrimoine. Sur la motivation citoyenne, les Lyonnais ont pu obtenir son inscription en zone protégée dès 1964. Sans cette démarche, le Vieux Lyon, autrefois quartier pauvre et à l'abandon, aurait sans doute été rayé de la carte. En effet, le maire de l'époque, Louis Pradel, envisageait sa destruction dans le cadre du projet de Rénovation Urbaine.

De ce fait, le Vieux Lyon et ses alentours sont protégés et font l'objet de quelques particularités. C'est également valable lorsque l'on est copropriétaire et que l'on souhaite effectuer des changements au sein de son immeuble. Si votre résidence n'est pas nécessairement classée, il se peut qu'elle soit située en Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysagé (ZPPAUP). Elle fait donc l'objet de spécificités à respecter : couleurs des volets ou de la toiture, techniques de réfection particulières, etc. 

Vous envisagez des travaux de rénovation au sein de votre copropriété ? Vous serez dans l'obligation d'obtenir une autorisation de travaux, soumise à l’avis de l’Architecte des Bâtiments de France. Pour cela, deux étapes sont possibles

  • Déposer une déclaration préalable de travaux, dont le délai d'instruction est de 2 mois environ.
  • Déposer un permis si les travaux changent la structure ou la destination du bâtiment, ou s'ils génèrent une surface au sol dépassant 20m2. Pour obtenir l'accord, cela varie entre 6 mois pour les abords d'un lieu historique, et jusqu'à 1 an pour les sites classés.

La demande d'autorisation pour réaliser des travaux est votée au préalable en assemblée générale, notamment si les parties communes sont affectées. Une fois accordée, elle doit être affichée durant toute la durée des travaux sur le lieu du chantier, et visible sur la voie publique. Le panneau doit contenir les infos suivantes : nom, raison sociale, adresse de la mairie où le dossier est consultable, et la mention concernant le droit de recours. À compter du premier jour d'affichage, les tiers disposent de 2 mois pour effectuer un recours à l'urbanisme.

Vous l'aurez compris, des critères de mise aux normes bien précis existent et permettent de répondre à la fois aux exigences de la vie moderne, tout en préservant le patrimoine. Par ailleurs, en entreprenant de tels travaux, vous pouvez bénéficier d'aides de l'ANAH et d'une fiscalité adaptée.

Bonne nouvelle ! Malgré les exigences liées à la transformation des bâtiments classés, vous participez à la rénovation patrimoniale de votre ville, et à sa redynamisation. Et la valeur de votre immeuble monte en flèche ! Bellman, syndic de copropriété, vous accompagne pour mener la réalisation des travaux au sein de votre immeuble Lyonnais, dans les règles de l'art.

Fait insolite n°4 : Des copropriétaires du 3e et du 6e payent un loyer aux Hospices de Lyon

Copropriétaires du 3e et du 6e arrondissement de Lyon, avez-vous remarqué la ligne Loyer HCL sur votre relevé de charges annuelles ? Certains résidents de ces quartiers disposent d'un bail emphytéotique les liant aux Hospices Civils de Lyon (ancien groupement des hôpitaux d'église il y a 200 ans). Emphytéotique, kézako ? Les terrains sur lesquels certaines bâtisses sont érigées sont en fait loués à un tiers. Ce qui n'empêche pas d'être propriétaire du bâti ! En effet, dans leur histoire, les Hospices de Lyon ont reçu de nombreuses donations, y compris patrimoniales (notamment le terrain où est situé l'Hôtel Dieu !). Ce dispositif a été mis en place pour garantir le développement du quartier tout en préservant leur patrimoine foncier. En effet, la location de ses terrains a permis la construction de nouveaux immeubles au sein de ces arrondissements (notamment certains situés rue Bonnel). Si les Hospices demeurent propriétaires de nombreux emplacements dans ces quartiers, on parle désormais de droit à la construction. Celui-ci oblige tout nouveau locataire à construire un bâtiment sur le terrain.

Légalement, il faudrait qu'à la fin du bail le terrain soit rendu sans construction. Rassurez-vous ! Les HCL n'ont pas le droit de demander la démolition d'un immeuble en bon état. Par ailleurs, en raison du rôle des HCL dans l'évolution immobilière de la ville, les accords Sudreau/Pradel protègent les locataires et assurent une indemnisation en cas d’éviction. Cependant, seuls les bâtiments vétustes peuvent faire l'objet d'une démolition et d'une éviction. 

À quoi sert réellement ce loyer ? À contribuer à la modernisation des grands hôpitaux lyonnais.notamment. 

Bon à savoir : Un bail est systématiquement signé pour 99 ans. 

À l'arrivée de l'échéance du contrat, le syndic de copropriété doit renégocier la redevance du nouveau contrat de location. La somme fixée est divisée selon le nombre de parts et assignée aux charges annuelles de l'immeuble. Elle n'est en général pas excessive. Pour savoir si votre terrain est concerné, les HCL mettent à disposition les plans des 3e et 6e arrondissements.

Fait insolite n°5 : Lyon investi dans une mission contre les pigeons

La ville de Lyon mène une vraie chasse aux pigeons, et celle-ci ne date pas d'hier ! Vous les avez sans doute remarqués, essayant de récupérer vos miettes de pain ou attroupés au milieu des places. Jusqu'alors, la présence massive de ces nuisibles volants avait un réel impact sur la ville et les copropriétés, véritablement agacées. Certains balcons ont même été condamnés ! Et pour cause, un pigeon est sale et transmetteur de maladies. D'après Hugues Mouret, expert en biodiversité, ces animaux sont considérés comme inutiles et nuisibles à la biodiversité. 

À Lyon, ils étaient autrefois capturés dans des filets et asphyxiés. Un peu barbare comme procédé non ? Toutefois, dans le cadre d'un arrêté municipal datant de 2019, de nouvelles mesures sont entrées en vigueur :

  • Les habitants de Lyon ont interdiction de nourrir les pigeons.
  • Les copropriétés doivent installer des grillages sur les potentiels accès facilitant l'invasion des volatiles.
  • À défaut et en cas de situation critique, les habitants doivent prendre en charge la capture de l'animal. Alors, prêt à partir à l'assaut ? 

Si c'est encore en pourparler, la Métropole envisage d'installer des pigeonniers stérilisateurs. Également, la présence de nichoirs à faucons apparaît comme une excellente alternative pour éloigner les pigeons. Le plus connu est situé dans le quartier de la Part Dieu. 

Bon à savoir : Bellman, syndic de copropriété, vous accompagne pour garantir la quiétude au sein de votre résidence. Nous pouvons étudier la solution anti pigeon la plus adaptée à la configuration de votre immeuble

Être copropriétaire à Lyon, c'est participer à une vie quotidienne aussi riche qu'insolite. Vous avez des doutes sur certaines démarches à entreprendre au sein de votre résidence ? Le syndic de copropriété Bellman accompagne ses copropriétaires au quotidien et répond à l'ensemble des questions liées aux démarches et règles de copropriétés lyonnaises.

Prêt(e) à changer de syndic de copropriété pour trouver mieux ?
Je découvre l'offre
Prêt(e) à changer de syndic de copropriété pour trouver mieux ?
Je découvre l'offre

Poursuivre votre lecture...

Retour au blog