Top 5 des idées reçues sur l'entrepreneuriat

Libéré, délivré, je ne serais plus jamais salarié ! Qui n’a jamais souhaité quitter son entreprise pour devenir son propre patron ? Ce rêve, des millions de français le vivent. Ils sont même de plus en plus nombreux, chaque année, à franchir le pas. Fin 2019, la France comptabilisait 3,6 millions de travailleurs indépendants soit 1,6 millions de plus qu’il y a quinze ans. Et parmi eux, 31% exercent depuis plus de 10 ans ! Preuve que l’entrepreneuriat fonctionne en France et voit naître de beaux succès.

Pourtant, les idées reçues sur la question ont la dent dure… À l’heure où Bellman lance son offre de franchise, on fait le point pour vous aider à y voir plus clair.


Envie de devenir syndic de copropriété indépendant ? Découvrez la brochure de la franchise Bellman 💡
Je télécharge la brochure

Idée reçue n°1 : "Je vais moins bien gagner ma vie qu’en étant salarié" 


C’est faux ! En 3 mois, il est possible de gagner autant voire plus qu’en restant salarié. Les derniers chiffres de l’Insee sont d’ailleurs éloquents : la rémunération moyenne des travailleurs indépendants est estimée à 3 610€ par mois. Selon Glassdoor, le salaire moyen national des entrepreneurs atteint 52 890€ par an.  

Qu’en est-il des franchisés ? D’après l’Enquête annuelle de la franchise/ banque Populaire/FFF leur rémunération moyenne est de 35 325€ par an. 

Alors pourquoi choisir d’entreprendre en franchise ? Pour tous les avantages que cela comporte. Accompagnement, notoriété de la marque, formation, prise de risque limitée…Tout en étant leur propre patron, les franchisés ne sont pas isolés et peuvent s’appuyer sur un réseau actif et reconnu.

C’est la raison pour laquelle 40% des français qui souhaitent entreprendre, aimeraient choisir ce modèle.


Idée reçue n°2 :  « Les entrepreneurs n’ont plus de vie personnelle » 

Faux ! Fini l’entrepreneur toujours entre deux rendez-vous qui délaisse sa vie personnelle. D’ailleurs, selon l’étude menée par L’Union des indépendants et Odoxa, 37% des français qui décident d’entreprendre le font pour être maître de leur emploi du temps et pour trouver un meilleur équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle (27%). 

Et avec l’offre de franchises Bellman ? 

Vous êtes votre propre patron ! Vous êtes libre de choisir le nombre de copropriétés constituant votre portefeuille et nous nous occupons de la gestion administrative pour vous. Vous pouvez ainsi vous concentrer sur votre coeur de métier sans vous préoccuper du reste.


Idée reçue n°3 :  « Seuls ceux qui ont de l’argent peuvent entreprendre » 

C’est faux. Plus exactement, tout dépend du projet. Se lancer dans un commerce ou une activité qui nécessite beaucoup de stock ou des équipements spécifiques peut demander un minimum d’apport. Mais cela ne concerne pas toutes les sociétés. Dans l’immobilier ou le conseil, il n’y a généralement pas d’investissement lourd à prévoir.

D’ailleurs, sans minimiser les coûts liés à la création de l’entreprise (business plan, étude de marché, honoraires d’avocats), 44% des entrepreneurs se lancent avec moins de 8 000€. 

De plus, de nombreuses solutions existent pour soutenir les travailleurs indépendants qu’ils s’agissent des garanties d’emprunt bancaire par la Banque Publique d’Investissement, des financements participatifs ou encore des prêts à taux zéro... 


Et pour devenir franchisé Bellman ?

Vous n’avez besoin que du montant correspondant aux droits d’entrée pour vous lancer. Et naturellement, nous pouvons vous accompagner tout au long de la création de la franchise et après si vous le souhaitez.

Idée reçue n°4 :  « Pour entreprendre, il faut avoir un Bac+5 ou être diplômé d'HEC » 

Pas du tout ! Alain Afflelou, Richard Branson, Jacques Dessange, Bill Gates, Steve Jobs, Edouard Leclerc, Ralph Lauren, Xavier Niel, Mark Zuckerberg…Tous ces grands dirigeants ont abandonné leurs études pour se consacrer à leurs projets et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont réussi. 

L’entrepreneuriat est un état d’esprit. Avoir une idée, savoir s’entourer des bonnes personnes, avoir l’ambition et le talent sont les ingrédients essentiels pour réussir. D’ailleurs selon l’Insee plus de 58% des entrepreneurs en France n’ont pas de diplôme de 2ème cycle.


Et chez Bellman ?

Ce n'est pas votre niveau d'étude qui compte mais bien l'expérience, l'ambition de faire évoluer les pratiques en matière de gestion de copropriété et la culture de la satisfaction client. 


Idée reçue n°5 : " Entreprendre jeune est une mauvaise idée" 

Faux ! Cette idée selon laquelle il faudrait avoir acquis plusieurs années d’expérience avant d’entreprendre est infondée. 

Vous connaissez forcément Faguo, Le slip français ou Leetchi ! Tous ont été lancés par de jeunes entrepreneurs de moins de 30 ans. Portés par l’envie de se sentir plus autonomes, de s'engager dans un projet qui a du sens et de ne plus subir le monde du travail, les jeunes sont de plus en plus nombreux à choisir l’entrepreneuriat. En 2020, 41% des créateurs d'entreprises individuelles avaient moins de 30 ans, contre 38% un an plus tôt. Et d’après l’étude OpinonWay, 45 % des étudiants de 16 à 25 ans imaginent créer ou reprendre une entreprise.

En réalité, entreprendre n’est pas une question d’âge mais d’état d’esprit et vu la transformation du monde du travail, il n’est jamais trop tôt ou trop tard pour se lancer dans l’aventure entrepreneuriale.

Jorrys, ancien employé, témoigne : « J'ai seulement 26 ans et je viens de lancer mon propre cabinet avec Bellman. C'est simple, flexible et beaucoup moins risqué que de le faire en indépendant. Surtout, cela me permet de me concentrer sur mon coeur de métier sans me préoccuper du reste. » 

L’entrepreneuriat en immobilier : les franchises ne connaissent pas la crise ! 

Parmi les acteurs les plus connus en immobilier, le réseau Century 21, lors de son dernier bilan, faisait état de ses bonnes performances malgré la crise sanitaire. Laurent Vimont, Président du réseau évoque même : « une perspective de 1,1 million de transactions » réalisées par l’ensemble des acteurs du marché en 2021. Un record plus important que celui de 2019 qui enregistrait 1 million.

Cette dynamique est confirmée par les autres acteurs du secteur comme Guy Hoquet ou Laforêt qui a même signé 90 nouveaux contrats de franchise.

Les raisons du succès de l’immobilier ? Des taux d’emprunts historiquement bas, la volonté d’améliorer son logement – en grande partie liée aux confinements – et l’attrait des français pour la pierre, valeur refuge par excellence.


« Une fois le covid-19 terminé, l’immobilier sera LA valeur refuge par excellence », selon Jean-Marc Torrollion, président de la FNAIM. Autant dire que l’immobilier n’a pas fini d’intéresser les français et la gestion de copropriétés qui s’est considérablement modernisée, va poursuivre sa digitalisation et nécessiter des acteurs toujours plus performants. Un beau coup à jouer pour les futurs franchisés Bellman !

Envie de devenir syndic de copropriété indépendant ? Découvrez la brochure de la franchise Bellman 💡
Je télécharge la brochure
Envie de devenir syndic de copropriété indépendant ? Découvrez la brochure de la franchise Bellman 💡
Je télécharge la brochure

Poursuivre votre lecture...

Retour au blog

À lire sur notre blog...

Voir tous les articles