Gaz ou électricité : comment réduire sa facture de chauffage en copropriété ?

Après l'envolée du prix du gaz en juillet 2021, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, vient de révéler une nouvelle hausse des tarifs de l'électricité. Malgré l’annonce de plafonnement de l'État à 4 % il y a quelques jours, cette augmentation impactera le portefeuille des particuliers comme des copropriétés dès 2022.

Rassurez-vous ! Si le chauffage demeure le poste le plus onéreux en copropriété, certaines astuces permettent de diminuer la consommation d'énergie, sans pour autant faire l'impasse sur le confort.

Comment réduire sa facture de chauffage en copropriété ? Bellman fait le point sur les solutions à mettre en place pour faire face à cette augmentation.

Renégocier les contrats des fournisseurs d'énergie

Électricité, gaz, même combat pour le budget des français ! Le prix du combustible reste la composante la plus élevée des charges collectives et individuelles. Votre fournisseur peut personnaliser votre contrat aux besoins de la copropriété : regroupement de compteurs, adaptation de la puissance du compteur selon les besoins, etc.

Une autre solution ? Faire profiter des mêmes conditions tarifaires à l'ensemble des copropriétaires, en regroupant les compteurs sur un unique abonnement. Pour ce faire, il est essentiel de vérifier la puissance des compteurs de chaque logement. Cette décision doit être votée à la majorité absolue lors de l'assemblée générale.

Bon à savoir : Réalisé lors de la mise en vente ou en location d'un logement, le diagnostic de performance énergétique (DPE) peut mettre en évidence une déperdition énergétique anormale. Mettant la puce à l'oreille aux potentiels acquéreurs, une facture d'énergie trop salée peut compromettre la transaction et dévaluer un bien.

Bon à savoir : Pour augmenter votre pouvoir d'achat, vous pouvez mettre en concurrence d'autres contrats ! Bellman vous accompagne pour challenger les fournisseurs d'énergie et l'ensemble de vos contrats d'assurance.

Sensibiliser la copropriété sur les gestes à adopter au quotidien

Les gestionnaires de copropriété, tout comme les résidents, peuvent tout à fait se positionner en tant qu'« ambassadeurs énergie ». Envie de prendre le taureau par les cornes et de diminuer les charges collectives ? Voici quelques astuces à transmettre au sein de votre copropriété :

  • Réduire les températures des parties communes et des logements individuels durant la nuit. Pour devenir incollable sur le sujet, l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) livre ses recommandations sur les températures idéales à adopter au sein de chaque pièce de la maison.
  • Purger les radiateurs pour éviter que l'air s'accumule au sein des émetteurs et empêche l'eau chaude de circuler. Pour ce faire, il est conseillé de se rapprocher du chauffagiste de votre copropriété.
  • En hiver, laisser le chauffage allumé même pendant la journée. En effet, un radiateur consomme plus d'énergie lorsqu'il redémarre.
  • Installer des rideaux isolants et des boudins de porte pour garantir une meilleure isolation.
  • Éviter de faire couler l'eau chaude inutilement, et limiter le temps passé sous la douche.
Le saviez-vous ? Le chauffage représente 66 % de la consommation énergétique d'un logement et l'eau chaude sanitaire, 11 % (Source : Ademe). Réduire la température intérieure de seulement 1°C permet de réaliser 7 % d'économie d'énergie (Source : Ademe). Plus édifiant encore, le chauffage concerne 8,4 % du budget annuel des ménages, soit l'équivalent du budget loisir et habillement (Source : INSEE).

Réaliser des travaux pour réduire sa facture de chauffage en copropriété

Le diagnostic de performance énergétique est obligatoire pour les bâtiments équipés d'une installation de chauffage collectif. Y recourir, au sein des parties communes comme privées, est un prérequis pour identifier les potentiels travaux de rénovation énergétique à réaliser. Parmi eux :

Les travaux à titre privatif :

  • L'installation de robinets thermostatiques sur les appareils de l'immeuble et les appareils individuels. Cela permet d'assurer une excellente efficacité énergétique, grâce à la régulation de la température d'une pièce. Sa mise en place coûte 40 à 90 € / unité.
  • L'isolation des tuyaux de chauffage à l'aide de mousse : le calorifugeage thermique est une étape simple, cependant indispensable. Elle consiste à protéger les circuits de distribution d'eau de chauffage et d'eau chaude sanitaire. Cela limite les déperditions de chaleur et prévient contre le gel. Raison de plus ? C'est une solution économique et simple à installer soi -même, s'élèvant entre 2 € et 15 € le tube.
  • La mise en place d'un compteur de calories, aussi appelé compteur d'énergie thermique. Il permet de calculer la consommation individuelle d'un logement en copropriété et de mieux comprendre les charges de chauffage. Le tarif moyen d'un compteur de calories s'élève à 70 € et s’installe de façon autonome.

Les travaux au sein des parties communes :

  • Renforcer l'isolation des parties communes pour faire disparaître les ponts thermiques présents dans les immeubles (façade, toitures, etc.). Énergivores, ils sont à l'origine d'importantes déperditions de chaleur. Pour les combler, il est conseillé d'isoler la façade avec du bardage, de remplacer les parois vitrées des parties communes, d'isoler les combles non aménagés, ou encore d'isoler les plafonds des sous-sols et des garages. Selon les matériaux utilisés et les emplacements concernés, le coût de l'isolation thermique varie. En effet, il faut compter entre environ 36 € par m² pour l'isolation des toitures, contre 150 € par m² en moyenne pour l'isolation des murs extérieurs.
  • Remplacer la chaudière de l'immeuble : et pour cause ! Les systèmes de chauffages anciens sont bien moins performants que les modèles récents. Si le coût fixe peut paraître élevé, il permet de faire des économies à court terme. Les prix des chaudières varient d'un modèle à l’autre et selon le carburant. Faire appel à un bureau d'étude permet de dimensionner parfaitement le système de chaufferie. Le bureau est à même de lancer un appel d'offres répondant à un cahier des charges spécifique.
  • Envisager l'installation de solutions d'énergies renouvelables plus conséquentes telles que les panneaux solaires (entre 9000 et 12 000 € environ), les pompes à chaleur (entre 10 000 et 16 000 €) ou encore les chauffe-eau thermodynamiques (en 1500 et 3000 €). Les prix varient selon la taille du logement et du foyer.

Si certains de ces travaux impliquent un réel investissement, leur rentabilité et le gain de confort se mesurent rapidement. En effet, la rénovation énergétique permet de réduire sa facture de chauffage en copropriété entre 30 et 50 % selon la nature des travaux effectués. Modernisant le logement, elle valorise également le patrimoine immobilier. En effet, selon une étude menée par l’ordre des notaires, un bien ayant bénéficié de travaux de rénovation énergétique voit sa valeur augmenter jusqu’à 22 %, à la différence d'un logement similaire mal isolé.

Bon à savoir : Les travaux de rénovation énergétique nécessitent plusieurs votes en assemblée générale et s'envisagent donc sur le long terme. Les différentes étapes ? 1. Vote pour la réalisation du DPE ou de l'audit énergétique, 2. Vote pour répartir les missions d'étude pour chaque projet (par exemple : à quel prestataire confier le changement de la chaudière), 3. Vote d'approbation des travaux.

Demander des aides pour réaliser des travaux de rénovation énergétique

S'impliquant fortement, l'État a mis en place des facilités de paiement pour aider les copropriétés et les particuliers à entreprendre leur rénovation énergétique : MaPrimeRénov', l'aide « Habiter mieux sérénité » de l'Anah, l'éco-prêt à taux zéro, les CEE (certificats d’économie d’énergie) ou encore la prime “Coup de pouce économies d'énergie”. Les aides à la rénovation peuvent prendre en charge jusqu'à 80 % des sommes engagées.

N'attendez plus ! Pour mener à bien vos travaux, les emprunts collectifs et l'aide des collectivités territoriales sont tout à fait possibles. Bellman vous accompagne dans votre projet de rénovation énergétique : nos gestionnaires de copropriétés sont à même de vous indiquer quelles aides financières faire valoir, et vers quels professionnels de la rénovation se tourner.

Ils ont adopté les conseils du syndic Bellman :

Depuis que nous avons fait appel à Bellman, les appels de fonds des charges collectives ont considérablement diminué. Sur les conseils de notre gestionnaire de copropriété, nous avons entrepris des petits travaux de rénovation grâce au dispositif des certificats d'économie d'énergie. Le résultat ? Un gain en confort et des économies non négligeables pour l'ensemble des résidents !

Jean-Philippe G., client Bellman depuis 2 ans

Réduire sa facture de chauffage en copropriété ne relève pas du parcours du combattant. Des gestes simples à la mise en place de travaux de rénovation énergétique plus conséquents, Bellman conseille et accompagne les copropriétés dans leurs projets. Besoin de vous faire accompagner par un syndic compétent et expert sur la question ? Pour contacter l'équipe Bellman, c'est par ici !

Poursuivre votre lecture...

Retour au blog

À lire sur notre blog...

Voir tous les articles