Rénovation énergétique : dois-je vraiment investir ?

La rénovation énergétique a fait beaucoup parler d'elle ces dernières années. Pour cause, c'est un enjeu environnemental majeur. Si de nombreux propriétaires en entendent parler, beaucoup se posent encore la question : dois-je vraiment investir dans la rénovation énergétique ?

Aujourd'hui, l'efficacité énergétique des logements apparaît déterminante dans la lutte contre le réchauffement climatique. Si l'État s'engage à réduire au maximum les émissions de gaz à effet de serre, les usagers doivent eux aussi répondre à des obligations de rénovation énergétique.

Par où commencer ? Quels sont les travaux concernés ? Y a-t-il des aides dédiées ? Bellman fait le récapitulatif de tout ce qu'il faut savoir en tant que propriétaire.

 

Les obligations légales en matière de rénovation énergétique 

 

La loi du 22 août 2021 portant sur la lutte contre le dérèglement climatique et le renforcement de la résilience face à ses effets, dite "loi Climat et Résilience" tend à accélérer la transition écologique de la société et de l’économie française.

Concrètement, la loi a défini un calendrier interdisant à la location les appartements trop gourmands en énergie, à partir d'une date limite.

La réfection énergétique d'un logement consiste donc à faire face à ces enjeux de consommation, via la réalisation de travaux. 

 

Le saviez-vous ?
Selon le ministère de la Transition écologique,il existe entre 4,8 et 8 millions de passoires thermiques en France

Quelles sont les 4 bonnes raisons de s’intéresser à la rénovation énergétique ? 

 

  • Des économies d’énergie non négligeables pouvant monter jusqu'à 63 %*. Réduisez votre facture de gaz ou d'électricité !
  • Une valorisation du patrimoine. En effet, rénover sa maison ou son appartement permet une augmentation moyenne nationale de 28%* de la valeur de son bien.
  • La réduction de son empreinte carbone à moindre coût. Eureka ! Les aides financières de l'État peuvent aller jusqu'à 58%* du montant global des travaux.
  • Un gain de confort au quotidien En effet, un logement mieux isolé bénéficie de températures plus agréables et plus homogènes, en été comme en hiver.

 *Source : Agence Parisienne du Climat (APC) 

D'où viennent les principales déperditions de chaleur dans un logement ?

 

Vous vous êtes toujours demandé comment savoir si votre maison accuse une déperdition de chaleur ? D'où peut-elle provenir ? Voici les principales causes d'une perte d'énergie dans un logement : 

Le saviez-vous ?
Il n'est pas conseillé d'augmenter le thermostat de votre chauffage en cas de forte déperdition de chaleur chez vous, au risque d'avoir une surconsommation, de faire augmenter le taux d'humidité de vos pièces, et d'avoir des factures d'énergie salées à la fin du mois. Des petits gestes simples limitent cette surconsommation : bien fermer ses portes, installer des boudins de portes ou des rideaux épais, etc. 

Quels types de travaux sont les plus efficaces à réaliser pour réduire la déperdition de chaleur ? 

 

Il existe différents types de travaux de rénovation permettant de favoriser une meilleure isolation dans votre propriété et de réaliser d'importantes économies d'énergie

Les travaux d’isolation thermique 

Vous ne le soupçonnez peut-être pas, mais votre maison ou appartement, recèle d'endroits à rénover pour bénéficier d'une meilleure isolation thermique. Il y a : 

  • Les façades,
  • Les toitures,
  • Les combles et planchers hauts/bas
  • Le calorifugeage (les tuyaux). 

Les travaux liés au chauffage et au remplacement de la chaudière 

Certains gestes très simples favorisent un meilleur rendement de chaleur et limitent les pertes d'énergie durablement :

  • La dépose de cuve à fioul,
  • Le raccordement au réseau de chaleur,
  • L'installation d'une chaudière biomasse, à bois ou hybride,
  • L'installation d'une pompe à chaleur,
  • L'installation d'un système de chauffage plus performant et écologique, 
  • L'installation d'une chaudière collective à gaz à très haute performance énergétique dans les immeubles en copropriété.  

Les travaux de remplacement de ballons et chauffe-eaux

Remplacer son système d'accès à l'eau chaude sanitaire est très fréquent parmi les travaux de rénovation énergétique. Dites adieu à votre bonne vieille chaudière à gaz très énergivore et favorisez l'installation de solutions écologiques comme : 

  • Le chauffe-eau thermodynamique
  • Le chauffe-eau solaire

Les travaux de ventilation 

S'engager dans l'isolation de son logement implique de ne pas oublier de favoriser la meilleure ventilation possible. Un air de qualité assure un habitat sain et plus confortable. Cela passe d'abord par l'installation et le bon entretien de votre VMC (ventilation mécanique contrôlée). Il existe différents types de VMC. La grande gagnante reste la VMC double-flux, permettant de réaliser des économies d'énergie grâce à la récupération de 60 à 90% des calories présentes dans l'air extrait.

L'ensemble de ces travaux se complètent bien souvent. Il ne suffit pas d'isoler votre toit pour réduire drastiquement votre facture d'électricité et être un modèle en termes d'écologie. Mettre en place du matériel récent et peu énergivore, associer une bonne ventilation à une bonne isolation, appliquer les bons gestes au quotidien … autant de solutions pour mener à bien l'amélioration énergétique de votre logement

Bon à savoir
Il est conseillé de faire appel à une entreprise RGE (Reconnue Garante de l’Environnement) pour réaliser vos travaux. Cela permet d’effectuer votre rénovation en toute confiance et sérénité. Par ailleurs, vous pourrez bénéficier des aides proposées par l'Etat plus facilement avec cette garantie.  

Quelles sont les différentes étapes pour lancer des travaux de rénovation énergétique en copropriété ? 

 

Pas toujours simple de savoir par où commencer, quels travaux effectuer, à qui faire appel ? Il est essentiel de se faire accompagner par des professionnels pour amorcer et conduire ses travaux de rénovation énergétique. Voici les étapes incontournables avant de vous lancer :

  • Réaliser un DTG (Diagnostic Technique Global). Il s'agit d'un état des lieux des éventuelles failles thermiques au sein d'un logement. Le DTG indique : la performance de l'habitat, la qualité de l'air, les performances des systèmes de chauffage, l'étanchéité des murs et du bâtiment, les matériaux, la thermographie, et les mesures de votre logement. Il peut être subventionné à hauteur d'un montant de 5000 € pour les habitants de la métropole du Grand Paris. Le DTG est réalisé par un thermicien, un bureau de contrôle ou un diagnostiqueur immobilier justifiant de certaines compétences.
  • Étudier le rapport du professionnel afin d’avoir une vision claire des travaux à prévoir, dans le but d’obtenir un gain énergétique de 35 % minimum. Parmi les informations du rapport figure une liste de travaux conseillés. Celle-ci est accompagnée des plans de financement, et d'une liste d'entreprises à qui faire appel. Si le DTG prouve que des travaux sont nécessaires au sein de votre immeuble ou de votre appartement, votre syndic se doit d'inscrire à l'ordre du jour de l'assemblée générale la possibilité de mettre en place un plan pluriannuel de travaux, subventionnés en partie et au cas par cas.

  • Faire voter tout ou partie des travaux en AG.

  • Une fois les travaux à réaliser votés, faire appel à un AMO (Assistant-Maître d’ouvrage). Il peut être subventionné à hauteur de 10 000 € par la métropole du Grand Paris. L'AMO, véritable consultant, aide les copropriétaires à prendre des décisions sur les aspects techniques des travaux de rénovation : conseils sur le matériel, les prestataires, et la coordination du projet. Parfois directement intégré au syndic, il peut être aussi indépendant.

  • Exécuter les travaux votés en AG : réalisation et réception des travaux. En effet, les habitants au sein d'une copropriété doivent faire voter l'ensemble des travaux de rénovation énergétique, situés en partie privative ou collective.


Si les étapes paraissent nombreuses, c'est très simple lorsqu'on est accompagné de professionnels experts. Par ailleurs, pour répondre aux obligations de rénovation des propriétaires, l'État a mis en place un certain nombre d'aides à la rénovation.

Quelles sont les principales aides en 2022 ?


  • MaPrimeRénov’ : en place depuis de nombreuses années, elle s'adresse à tout type de ménage, aux copropriétés et aux propriétaires bailleurs. Le montant de cette prime est calculé selon les revenus et le gain écologique généré par les travaux réalisés. Au sein d'une copropriété, ce dispositif a vocation à financer également les travaux de rénovation énergétique des parties communes.
    Rendez-vous sur le site dédié MaPrimeRénov' pour connaître le montant de votre prime.

  • Éco-rénovons Paris : il s'agit d'une démarche participative à destination des logements parisiens. Elle consiste à offrir un accompagnement gratuit et personnalisé vers la rénovation énergétique. Des conseillers éco-rénovation spécialisés sont mobilisés depuis 2016. Cette aide s'adresse à l'ensemble des copropriétés parisiennes dans l'obligation de réaliser des travaux de rénovation.

  • Aide « Habiter mieux sérénité » de l'Agence nationale de l'habitat (Anah). Il concerne les ménages modestes, les propriétaires bailleurs et les syndicats de copropriétaires au sein de copropriétés fragiles. « Habiter Mieux sérénité » est une aide financière attribuée pour les travaux dont le montant s'élève à moins de 18 000 € et en mesure de générer un gain énergétique d'au moins 35 %. Faites votre demande directement sur le site de l'Anah.

  • Les CEE : les Certificats d’économies d’énergie existent depuis 2006 et reposent sur une obligation légale de réalisation d'économies d'énergie imposée aux vendeurs d'énergie (électricité, gaz, GPL, etc.). Ces entreprises du secteur privé sont les principaux financeurs de cette prime. En échange de subvention versés à des particuliers (les propriétaires, les bailleurs, et les locataires), les fournisseurs d'énergies se voient remettre des certificats d'économies d'énergie, évitant toute pénalité. Les montants attribués dépendent de plusieurs critères : nature des travaux, caractéristiques du logement, économie d'énergie générée, etc. Les primes varient d'un fournisseur à l'autre. Le but de ce dispositif privé reste de promouvoir activement une meilleure efficacité énergétique auprès des consommateurs que sont les ménages et collectivités. Pour recevoir une prime CEE, vous pouvez contacter le fournisseur de votre choix, lui transmettre le descriptif des travaux prévus, un devis effectué par une entreprise certifiée RGE (Reconnue Garant de l'Environnement), ainsi qu'un justificatif de vos revenus.
    Les CEE sont en place jusqu'à fin 2022 et sont des obligations incombant aux fournisseurs et non à l'État.

Retrouvez l'ensemble des aides et primes de rénovation énergétique proposées par l'État sur le site dédié France Renov.

Bon à savoir
À compter du 1er mai, le montant de MaPrimeRénov’ a baissé.
Une raison supplémentaire de se faire accompagner par son syndic pour trouver les meilleurs prestataires aux meilleurs prix !

Conseils pour réaliser ses projets de rénovation énergétique 

Bellman s'est emparé de la question de la rénovation énergétique et accompagne ses copropriétés dans leurs travaux de rénovation énergétique. Voici nos conseils pour les mettre en oeuvre : 

  • En parler à votre syndic pour commencer ! Votre gestionnaire de copropriété est à même de vous accompagner et de vous conseiller sur les différentes étapes à effectuer. 
  • Faire voter la mise en place d'un Diagnostic Technique Global à la prochaine AG. Il aide à faire un état des lieux de votre immeuble et à prévoir les travaux nécessaires pour faire des économies. Le coût du DTG varie selon le nombre de lots de votre copropriété. En général, il se situe entre 1700 € et 7500 €.
  • Réaliser l'ensemble des travaux au même moment. Grâce aux subventions obtenues, cela est souvent plus économique. Faire des travaux en plusieurs phases n’est donc pas forcément la bonne solution si vous souhaitez maximiser les aides. 


Bellman s'engage aux côtés de ses copropriétés dans leurs travaux de rénovation énergétique. Isolation thermique, remplacement de votre ancienne chaudière, demande des aides de l'État… N’attendez pas qu’il soit trop tard pour vous lancer. Faites confiance à Bellman, syndic de copropriété qui fait avancer les choses. 

No items found.

Poursuivre votre lecture...

Retour au blog